Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

HuguesFolloppe.com

HuguesFolloppe.com

Art & culture: un autre regard.


Histoires naturelles

Publié le 21 Janvier 2021, 17:12pm

Catégories : #Hugues Folloppe

écrit et illustré 

par

Hugues Folloppe

 

***

 

 

Hé! Bonjour!

Content de vous revoir par ici.

Vous venez faire une petite promenade dans la Nature? Vous avez bien raison car ici, on a beau être à deux pas de la ville, c'est tout un monde fabuleux qui s'offre à nous.

 

Vous pensez que je plaisante? Juste là, non loin des habitations, de l’autre côté de la chaussée goudronnée, que voyez-vous? Un champ immense qui s’étend à perte de vue. 

 

Bien sûr, le champ est une réalisation humaine et ce n'est pas encore toute à fait la Nature.

Et pourtant, ce champ, avec sa régularité étudiée, ses larges sillons qui fleurissent en petites touffes vertes et annoncent la germination de la future récolte de blé, eh bien c’est là, entre les herbes naissantes et la glèbe encore gorgée des averses hibernales, que l'observateur attentif peut remarquer des choses surprenantes.

Voyez, par exemple, ces toutes petites formules ovales posées presque à même le sol. Qu'est-ce donc? Ce sont là quelques œufs tachetés au milieu d’un nid de paille.

Un nid de Caille! Au milieu d'un champ!

 

 

Ce nid semble abonné au plein air, or il n’en est rien. La Caille n'est pas partie bien loin, mais elle ne se sent tout simplement pas pressée de couver. Elle croit qu'elle a encore le temps. Elle se promène  à la recherche de nourriture et ne s’astreindra à couver vraiment qu’à partir du moment où elle aura pondu une douzaine d’œufs.

 

 

Peut-être s'agit-il d'une forme de négligence de sa part; on ne saurait le dire. Si tel est le cas, un autre animal saura en tirer profit de son absence, comme souvent dans la Nature. Vous connaissez le dicton qui dit que l'occasion fait le larron ?

 

 

Eh bien, ici, le larron en question se nomme le Hamster d’Europe. Appelons-le Hamster pour faire court.

 

 

Dès qu'il est sorti de son minuscule terrier, celui-ci a bien vite repéré les œufs négligés par la Caille. Ne faisant ni une ni deux, voilà qu’il s’empresse d’effectuer des allers-retours entre le nid et son terrier, emportant à chaque fois deux œufs de la Caille. Deux oeufs à la fois!

 

 

Mais, me direz-vous, comment le Hamster  fait-il pour chiper à chaque fois deux œufs et les emporter à toute allure jusque dans son terrier ? Pour sûr, il ne se tient pas sur ses pattes arrières avec son larcin entre ses pattes avant ! La réponse en est encore plus étonnante, car le Hamster ne manque pas d’astuces : il ouvre en grand sa petite gueule poilue et, en l’espace d’une seconde, il fourre un œuf dans le creux de sa joue gauche, puis un autre œuf dans sa joue droite.

 

 

Il repart ainsi avec la tête d’une grosse souris qui a deux sucettes coincées dans les bajoues, ce qui est plutôt amusant à observer.  Et, une fois arrivé dans son terrier, il recrache les oeufs et retourne en chercher d'autres.

Sait-il qu’en faisant cela il compromet sérieusement la couvée de futurs cailleteaux ? Ne lui jetons pas la pierre, cela n'est pas certain. Disons plutôt que son intérêt s’effectue au détriment de l’intérêt d’autrui. En effet, l’organisme du Hamster d’Europe a besoin de protéines animales quand celui-ci se trouve en période de reproduction. Alors, durant toute la belle saison, les œufs qu’il vole, encore au stade du jaune et du blanc liquides, représentent tout ce dont il a besoin.

Pourquoi donc s’en priverait-il ? Il agit simplement en opportuniste, tel que nous le faisons aussi lorsque nous nous régalons à manger des œufs de caille en période de fête. D’ailleurs, il ne s’arrête pas au vol des œufs : il va jusqu’à piller purement et simplement la totalité de la paille du nid jusqu’à sa petite demeure souterraine. Après tout, voilà qui lui servira bien à rembourrer son antre afin de le rendre plus agréable!

C'est ainsi qu'après trois semaines d'attente, grâce à toutes ces forces accumulées,  la famille Hamster s’est agrandie de plusieurs rejetons gros comme le pouce. Sous terre, dans la chaleur de son terrier, c'est toute la marmaille qui remue: dix petits au total!  Et tout ce beau petit monde se croit en sécurité.

 Mais la Nature ne permet l'insouciance et la naïveté que par hasard. Bientôt, un superbe Renard roux a flairé la bonne odeur de chair qui émane du terrier. Le Renard a l’odorat très développé, ce qui est bien utile quand on est un prédateur comme lui. Il se dirige tout droit sur le terrier des hamsters et, plaçant un œil devant l’entrée, regarde ce qui se trouve à l’intérieur.

A première vue, les petits hamsters font la sieste, leurs petites pattes roses en l’air, et ventres ronds qui s’élèvent et redescendent au rythme de leur respiration. Comme ils sont mignons! Le Renard hésite. Il n'en fait pas un cas de conscience, bien au contraire: s'il le pouvait, toute cette petite famille ferait bien son repas! L'oeil du Renard croise le regard des parents Hamsters. Ces derniers tremblent de peur. Toutefois, rien qu'à l’idée d'avoir à  creuser si profondément, le Renard se sent fatigué. Oui, il a la flemme! Eh oui, même chez un renard cela peut arriver. Alors, peut-être se dit-il que cela n'en vaut pas la peine. Dégoûté, il repart. Il en sera quitte pour chercher sa pitance ailleurs.

Le mâle et la femelle Hamster peuvent encore une fois dormir tranquilles avec leur progéniture. Malgré tout, il leur faudra bien, à un moment ou un autre, sortir du terrier pour aller glaner de la nourriture dans le champ. Et là, gare au manque de vigilance : à la nuit tombante, entre chien et loup, alors que le Renard rôde encore, voilà que les rapaces se réveillent !

Mais ça, c’est encore une autre histoire…

 

 

à bientôt!

 

 

Pour finir dans le thème,  voici une petite chanson intitulée "Viens !", enregistrée avec les moyens du bord, c'est à dire comme j'ai pu; toutes mes excuses aux oreilles délicates. Les couplets sont de Monsieur Victor Hugo, la musique et le refrain sont de moi. 

Cliquer ci-dessous pour écouter:

"Viens" copyright, musique de Hugues Folloppe 2021.

Viens!

 

Bonheur ! Soleil ! Les maux et les froids sont finis ;

L'azur est dans le ciel, l'amour est dans les nids ;

L'amour trouble les yeux de vierge des gazelles ;

Oiseaux, mêlez vos chants ; âmes, mêlez vos ailes

 

Refrain:

Viens, viens avec moi

dans les champs, dans les bois 

et nous verrons tous deux

si le ciel est bleu

 

Champs ! on peut être pauvre et bien avec l'aurore.

Bois, vous nous prodiguez votre souffle sonore,

Tu nous donnes, soleil, ton sourire éclatant,

Et vous ne dites pas au pauvre homme : C'est tant !

 

Refrain

 

On boit quand on a soif ; on n'entend pas la source

Vous murmurer : Combien as-tu ? Voyons ta bourse.

Salut, honnête bois. Vous n'êtes pas, ô loups,

Des hommes ; les halliers ne sont point des filous.

 

Refrain

 

Les arbres, dans leurs troncs et sous leur orteil noir,

Ont des trous pleins de mousse et d'herbe, et l'on croit voir

De petits dieux blottis dans tous ces petits antres.

Des cupidons frisés montrent partout leurs ventres.

 

Refrain

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article